· 

L’Hôpital-Camfrout. 200 personnes pour défendre l’accès à Tibidy (OF.fr-6/10/18-18h56)

200 personnes se sont mobilisées ce samedi à l'île de Tibidy pour demander l'application de la loi Littoral et la réouverture de la servitude de passage à la cale de Saint-Guénolé. |BÉATRICE LE GRAND

 

Malgré une météo très défavorable, environ 200 personnes se sont mobilisées devant l’île de Tibidy pour demander la réouverture de la servitude de passage et le respect de la loi Littoral. En effet, depuis le 2 octobre 2017, Le propriétaire de l’île a complètement fermé l’accès à la cale de Saint-Guénolé, après l’annulation du Tribunal administratif de Rennes, du projet de servitude de passage.

Le coup de vent annoncé et les fortes pluies n’ont pas fait reculer près les défenseurs de la loi Littoral, réunis ce samedi après-midi, au niveau de l’île de Tibidy.

"Il y aura moins de monde que prévu sur l’eau, explique Pierrick Clément, porte-parole du collectif Carpe Diem à Tibiby (collectif de citoyens pour le respect de la loi littorale). En raison des rafales attendues, nous avons demandé aux bateaux de moins de 6 mètres et ceux sans moteur, de ne pas venir pour des raisons de sécurité"

Mais pourquoi un tel rassemblement ?

Rappelons que le propriétaire de l’île depuis 2001, Wilfried Tampé, avait acheté l’île avec un droit de servitude bien stipulé dans l’acte notarié. Une convention de 30 ans (signée en 1986 entre la mairie de L’Hôpital-Camfrout et les propriétaires de l’époque) concernait l’entretien de ce passage. La convention arrivée à terme en 2016 n’a pas été renouvelée. "C’est la SPPL (servitude de passage des piétons le long du littoral) gérée par la préfecture qui devait prendre la suite. Du coup, on n’a pas bougé", explique le maire Robert André.

Wilfried Tampé saisit alors le Tribunal administratif de Rennes qui annule le projet de servitude en date du 9 juin 2017. Dans la nuit du 2 octobre 2017, il ferme l’accès au quai. "J’ai pris la décision fermer le passage car celui-ci est dangereux et je ne veux pas mettre ma responsabilité en jeu en cas d’accident", confiait Wilfried Tampé lors d’un entretien la semaine dernière.

Depuis, le dialogue entre les deux parties est nul. Chacun campant sur ses convictions. Les plaisanciers réclamant la réouverture du passage et l’accès à la cale et le propriétaire affirmant être dans son bon droit et respecter la loi Littoral.

Face à cet imbroglio, le collectif Carpe Diem à Tibidy et l’amicale des plaisanciers de Saint-Guénolé ont donc appelé toutes les personnes sensibilisées au respect de la loi Littoral à se retrouver autour d’une manifestation pacifiste, ce samedi, à partir de 14 h, et au son des cornes de brume à 15 h 49, heure de la marée haute.

 

Manifestation à l'appel du collectif Carpe Diem à Tibidy et de l'amicale des plaisanciers de Tibiby pour réclamer le respect de la loi Littoral. | Béatrice LE GRAND

Nouvelle étude d’aménagement

Il faut toutefois préciser que lors du conseil municipal du jeudi 4 octobre, le conseil de L’Hôpital-Camfrout a validé une convention relative aux études, aux travaux d’aménagement, d’entretien et d’exploitation de la servitude de passage des piétons le long du littoral de l’île de Tibidy. "C’est un premier pas de fait, annonce le maire. Cette étude devrait dire s’il est possible de faire un chemin littoral ou pas, quelle est la stabilité du terrain, le tout dans le respect de l’environnement. Cette étude devrait durer a minima six mois."

En attendant, le sentiment de frustration est grand auprès des manifestants. "On est triste. Je marche sur ce chemin depuis 30 ans. C’est moyenâgeux comme méthode", se désole Philippe Moysan, ostréiculteur de Tibidy. "Un peu de bon sens serait le bienvenu, complète Daniel Vérité, plaisancier à Saint-Guénolé. En fermant cet accès de la cale par le passage, on nous vole une partie du plan d’eau".

Et pour les nombreux jeunes présents, "c’est un endroit où on aimait se retrouver pour sauter de la cale et quand on fait de la voile, c’était rassurant de savoir qu’on pouvait accéder à l’île en cas de pétrin", fait remarquer Taran Clément.

 

Aude KERDRAON

source: https://www.ouest-france.fr/bretagne/landerneau-29800/l-hopital-camfrout-200-personnes-pour-defendre-l-acces-tibidy-6003756

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0