· 

FRONT ROUGE , poème de Louis Aragon

Quand les hommes descendaient des faubourgs
et que Place de la République
le flot noir se formait comme un poing qui se ferme
les boutiques portaient les volets à leurs yeux
pour ne pas voir passer l'éclair
Je me souviens du Premier Mai mil neuf cent sept (1)
quand régnait la terreur dans les salons dorés
On avait interdit aux enfants d'aller à l'école
dans cette balieue occidentale où ne parvenait qu'affaiblie
l'écho lointain de la colère
Je me souviens de la manifestation Ferrer(2)
quand sur l'ambassade espagnole s'écrasa
la fleur d'encre de l'infamie
Paris il n'y a pas si longtemps
que tu as vu le cortège fait à Jaures
et le torrent Sacco et Vanzetti (3)
Paris tes carrefours frémissent encore de toutes les narines
Tes pavés sont toujours prêts à jaillir en l'air
Tes arbres à barrer la route aux soldats
Retourne-toi grand corps appelle
Belleville
Ohé Belleville et toi Saint-Denis
où les rois sont prisonniers des rouges
Ivry Javel et Malakoff

Appelle-les tous avec leurs outils
les enfants galopeurs apportant les nouvelles
Les femmes au chignon alourdi les hommes
qui sortent du travail comme d'un rêve
le pied encore chancelant mais les yeux clairs
Il y a toujours des armuriers dans la ville
des autos aux portes des bourgeois
Pliez les réverbères comme des fétus de paille
Faites valser les kiosques les bancs les fontaines Walace
Descendez les flics
Plus loin plus loin vers l'ouest où ils dorment
Les enfants riches et les putains de première classe
Dépasse La Madeleine Prolétariat
Que ta fureur balaie l'Elysée
Tu as bien droit au Bois de Boulogne en semaine
Un jour tu feras sauter l'Arc de Triomphe
Prolétariat connais ta force
Connais ta force et déchaine-toi.

1)-Aragon avait 10 ans et vivait à Neuilly.
2)-Du nom d'un anarchiste espagnol accusé à tort d'avoir voulu soulever des troupes contre une expédition militaire au Maroc, et fusillé en 1909.
3°)-Du nom de 2 anarchistes italiens condamnés à mort malgré une forte mobilisation

Écrire commentaire

Commentaires: 0